Investissement immobilier loi Pinel, loi Malraux et loi Monuments Historiques
AgirSurMesImpôts.fr
L'investissement immobilier neuf Loi Pinel, l'immobilier classé Loi Malraux et Loi Monuments Historiques
Défiscalisation par l'immobilier loi Pinel, loi Malraux et loi Monuments Historiques





Actualité

Marché immobilier, prix et volumes de transactions



Les transactions immobilières favorables aux acheteurs, défavorables aux vendeurs

Etat du marché immobilier
Bien que le nombre de transactions immobilières est à la hausse, les biens dépassant un certain seuil ne se vendent plus.

Ainsi au-delà de 600 000 euros il est difficile de conclure une vente dans bon nombres de villes de taille moyenne, certains craignant pourtant une nouvelle augmentation des prix.

Si on se fie aux conclusions des notaires on constate malgré tout depuis juin 2013 une hausse de 9% sur le nombre de transactions (chiffre très variable selon les zones géographiques).

En ces temps de crise économique la conjoncture joue sur notre comportement d’achat, les français favorisent alors l’achat pour bénéficier de réduction d'impôts.
Le marché de l’immobilier est propice aux acheteurs plus qu’aux vendeurs car les prix de ventes sont plus attractifs et permettent aux contribuables imposables de se constituer un patrimoine immobilier tout en réduisant leurs impôts. Les taux bas des banques favorisent également l'investissement immobilier.


Reformes et changements, le bon compromis ?

Manuel Valls envisage encore du changement vers des plans de construction en facilitant l’accès avec un dispositif moins contraignant pour permettre de relancer les ventes de terrains et élargir l’immobilier aux investisseurs.
La Loi Duflot décourageait les acheteurs à investir sur la pierre, la Loi Pinel venant ainsi la remplacer avantageusement.

Les pouvoirs publics semblent prendre conscience des problématiques réelles du secteur, ils envisagent de réagir pour ne pas aggraver la situation des entreprises et de l’emploi.
Selon François Payelle, président de la FPI (fédération des promoteurs immobiliers), il faudrait que le plafonnement des niches fiscales passe à 18 000 euros au lieu de 10 000 euros actuellement.

Afin que chacun y retrouve un avantage, des compromis devront se faire entre vendeurs, acheteurs et pouvoirs publics s’imposant à respecter leurs engagements pour éviter de créer le doute et inciter les investisseurs à repousser leurs projets dans l'immobilier neuf.





Nouveau commentaire :